Cancer estomac phase terminale

Sommaire

 

On estime que le cancer gastrique est en phase terminale quand il s'agit d'un cancer de stade IV qui a traversé la muqueuse de l'estomac et qui a colonisé d'autres parties du corps (métastases du cancer de l'estomac). À ce stade, le pronostic est très sombre puisque les chances de guérison sont quasi nulles.

A noter : les traitements du cancer de l'estomac et notamment la chimiothérapie permettent néanmoins de ralentir la progression du cancer.

Les symptômes d'un cancer gastrique en phase terminale

Le cancer de l'estomac donne peu de symptômes dans les premiers temps de l'affection. En revanche, lorsqu'il progresse et qu'il arrive en phase terminale, on peut voir apparaître les symptômes suivants :

  • de violentes douleurs abdominales ;
  • d'importants troubles digestifs ;
  • des douleurs à la déglutition ;
  • des difficultés à manger normalement, notamment les viandes (plus difficiles à digérer)
  • une ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale) ;
  • un ictère (jaunisse) ;
  • une anémie.

Bon à savoir : la perte d'appétit est en partie liée au fait que les besoins énergétiques diminuent.

Par ailleurs, on retrouve les signes caractéristiques d'un cancer en phase terminale, à savoir :

  • une sévère altération de l'état général avec une très grande fatigue (asthénie) ;
  • une faiblesse généralisée ;
  • un amaigrissement important ;
  • une masse tumorale, palpable au niveau de l'abdomen.

D'autres symptômes peuvent se manifester en fonction de la localisation des métastases. Des métastases osseuses, par exemple, donneront des douleurs dans les os tandis qu'une atteinte cérébrale pourra occasionner des troubles neurologiques.

Prise en charge des phases terminales du cancer de l'estomac

En cas de phase terminale de cancer de l'estomac, l'objectif principal est de soulager les symptômes et de veiller à ce que le patient vive le plus longtemps possible dans les meilleures conditions.

Généralement, l'issue d'un cancer en phase terminale est la mort. Néanmoins, il est important de tout mettre en œuvre pour que les malades puissent partir en paix et sans souffrance. Les proches, comme le personnel soignant, ont un rôle essentiel à jouer. En effet, les antalgiques et les médicaments palliatifs permettent aux patients en fin de vie de continuer à échanger avec leurs proches et d'avoir une vie affective riche au cours de leurs derniers jours.

Troubles de la déglutition : comment aider les patients ?

Les troubles de la déglutition constituent un problème majeur en phase terminale de cancer de l'estomac. Pour aider les patients, il faut :

  • les faire manger en position assise bien droite ;
  • faire en sorte qu'ils soient détendus ;
  • les faire manger par petites quantités en mastiquant longuement et à leur rythme (quitte à se reposer entre les déglutitions) ;
  • leur éviter de manger et de boire en même temps ;
  • qu'ils restent assis environ une demi-heure après le repas.

Dyspepsie : nature et traitements

La dyspepsie (ou mauvaise digestion) est un inconfort ou une douleur qui survient après la prise d'un repas. Elle est fréquente en cas de cancer gastrique et après une ablation de l'estomac.

A noter : selon la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE), environ 30 % de la population serait touchée par la dyspepsie.

Quelle que soit sa nature, il est possible de la traiter :

  • en donnant des conseils diététiques afin d'avoir une alimentation variée et équilibrée ;
  • en tenant compte des traitements médicamenteux utilisés (les anti-inflammatoires surtout) ;
  • en prescrivant des médicaments anti-acides.

Important : le hoquet, en apparence bénin, peut être extrêmement invalidant pour les personnes en phase terminale qui en sont atteintes. Il peut durer des jours entiers et entraîner un épuisement sans compter qu'il est source d'anxiété. S'il persiste, il est possible de le soulager en stimulant le pharynx à l'aide d'une sonde nasale.

Perte d'appétit et anorexie : causes et traitement

La perte d'appétit et l'anorexie qui l'accompagne sont des symptômes presque inévitables en phase terminale de cancer gastrique. Cela est en partie dû aux troubles digestifs liés à ce cancer et aux troubles de la déglutition.

Bon à savoir : l'anorexie est également souvent la conséquence d'une dépression chronique dont souffrent les malades en fin de vie.

Bien que les proches soient inquiets, il ne faut pas forcer la personne à manger à tout prix. Même s'ils cherchent absolument « à faire quelque chose » pour ne pas rester impuissants, il convient de leur expliquer que l'alimentation parentérale n'est pas particulièrement utile en phase terminale. En effet, des études démontrent qu'elle n'allonge pas la survie des malades.

Il faut plutôt privilégier :

  • une alimentation fractionnée en petits repas mais plus nombreux ;
  • le goût du malade en lui faisant des plats qui lui plaisent tout en évitant les viandes.

À noter : certains blogs et forums sur le cancer de l'estomac donnent d'excellents conseils culinaires.

Le personnel médical pourra aussi proposer des progestatifs (Megace®) ou des corticoïdes qui stimulent efficacement l'appétit en phase terminale.

Quoiqu'il en soit, il faut faire en sorte de bien hydrater les malades en leur donnant régulièrement de petites gorgées d'eau voire un peu de sorbet. Il faut néanmoins veiller à arrêter de faire boire si le patient tousse de façon prononcée.

Fatigue : respecter le besoin de sommeil du patient

Les personnes qui ont un cancer de l'estomac en phase terminale ont besoin d'énormément de repos et dorment beaucoup. Cette fatigue est normale et il faut tâcher de la respecter. Dans la mesure du possible, laissez la personne se reposer et dans tous les cas, faites en sorte de ne pas la réveiller brutalement.

Bon à savoir : même lorsque la personne dort, il est possible de lui parler car l'inconscient peut enregistrer tout ce qui est dit.

Douleurs : comment les soulager ?

Même si les douleurs ne sont pas le principal symptôme des cancers de l'estomac, il se peut qu'elles surviennent. Il s'agit de douleurs digestives et/ou de la muqueuse gastrique liées à l'extension de la tumeur.

Il est possible de les soulager dans plus de 90 % des cas. Les objectifs sont de permettre au patient :

  • de ne pas souffrir la nuit et donc d'avoir un sommeil réparateur ;
  • de s'alimenter ou d'uriner sans souffrir ;
  • de conserver le plus possible toute sa lucidité.

À noter : les tumeurs gastriques peuvent également entraîner des prurits (démangeaisons) très intenses parfois douloureux. Des traitements locaux spécifiques sont dans ce cas proposés.

Transpiration : comment gérer cette sudation excessive ?

La sudation peut être particulièrement importante en phase terminale. Elle augmente encore en phase d'agonie et elle est souvent épuisante pour le malade car elle entraîne une importante déshydratation. Elle est par ailleurs extrêmement inconfortable et elle oblige le patient à respirer la bouche ouverte. L'application d'une serviette humide (chaude ou froide selon la saison) sur les lèvres et le visage est donc importante pour soulager un peu le patient et lui témoigner notre présence affectueuse.

Aussi dans la rubrique :

Symptômes et diagnostic du cancer de l'estomac

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider